L’ANGC va participer au congrès national de l’UNIS

Comme annoncé il y a quelques mois, l’ANGC va participer au congrès national de l’UNIS qui se tiendra à Nantes du 14 au 17 novembre 2018.

l’UNIS nous a confirmé que nous participerons à leur conférence type table ronde sur le thème de « la transformation humaniste des entreprises ».

Je parlerai au nom des collaborateurs salariés Gestionnaires de copropriété. Les chiffres clés de notre enquête métier et notre projet de Charte seront évoqués.

La conférence se fera devant environ 400 chefs de cabinet que nous sensibiliserons sur les questions du bien-être au travail et les axes d’amélioration possibles pour nous.

A cette occasion l’UNIS publiera un ouvrage sur l’entreprise humaniste à destination de ses membres adhérents. Nous leur avions apporté quelques contributions et certains d’entre vous nous avait donné quelques idées, nous les en remercions.

Notre participation à ce congrès est une très bonne nouvelle pour l’ANGC car elle montre que nous sommes reconnus et écoutés.

On continue.

La minute copro – 1er épisode : l’histoire de la copropiété

Voici la première minute copro sur l’histoire de la copropriété.

C’est une émission que vous pouvez aussi la retrouver en podcast sur radio-immo. Son but est de délivrer de l’information en quelques minutes sur la copropriété. Une nouvelle information sera à découvrir, chaque lundi à 11H05 sur radio-immo.

Nous la diffuserons également sur la chaîne youtube de l’ANGC.

N’hésitez pas à la télécharger, partager.

Le mot du Président !

Le Sénat ne souhaite pas la réforme de la Copropriété par ordonnance et l’ANGC s’en félicite. Les ordonnances, rédigées en catimini dans les bureaux de la Chancellerie, auraient enfermé le débat dans les chambres obscures du lobbying.

Nous restons cependant attentifs.

Que dira finalement l’Assemblée Nationale ? Nul ne peut encore le prévoir puisqu’elle a évacué les amendements relatifs à la copropriété sans même les étudier.

Nous sommes inquiets.

La belle loi du 10 juillet 1965 du très honorable Pierre Capoulade ressemble aujourd’hui à un patchwork juridique de 33000 mots. Un édifice harmonieux défiguré dans le temps par des travaux bâclés et des extensions dissymétriques.

Tous les ministres du logement depuis 15 ans l’ont regardée par le petit bout de la lorgnette et sont venus l’abîmer avec plus ou moins de virulence.

Il est grand temps de redonner à la loi ses lettres de noblesse.

Ne ratons pas cette nouvelle occasion.

Il importe surtout que la loi soit pensée et conçue par des esprits détachés de toute considération politique et sans visée partisane.

Il importe surtout que la loi soit réfléchie.

Nous militons pour une vision simple et globale qui façonne une loi limpide et immuable.